Colloque I.P&M Mai 2018

Contenu Principal

                                                                                LogoFNEGE.png  logo-50ans-final-plus-clair.png 

Semaine du Management 2018
22, 23, 24, 25 Mai 2018 - Cité Internationale Universitaire, Paris

17, Boulevard Jourdan     75014 Paris - France

--------------------------------------------------

Colloque INSTITUT PSYCHANALYSE & MANAGEMENT

22 et 23 Mai 2018

Au sein de la Fondation Deutsch de la Meurthe

Porte n° 37 – Zone n° 14

https://www.management2018.fr/semaine-management-2018

L’incertitude comportementale au sein des organisations

Creuset anxiogène de résistances, de souffrance et de dysfonctionnements

Mais aussi creuset des dynamiques du développement et du fonctionnement

Télécharger l'Appel à Communications

Inscription : " https://www.management2018.fr/semaine-management-2018  "

Planning : " SM06  "     Tarifs d'Inscription : "  SM06 "

La vie des organisations est confrontée à de nombreuses incertitudes de tous ordres. Les décisions courantes et stratégiques créent de l’incertitude et dans le même temps, les acteurs de la gouvernance et du management des organisations sont démunis pour faire face à l’intolérance à l’incertitude. Celle-ci fait retour sous différentes formes, la résistance au changement, les dysfonctionnements, la souffrance au travail. Pourtant l’incertitude est aussi le creuset des dynamiques du développement et du fonctionnement.

La gestion de l’incertitude, en ses différentes catégories (stratégique, comportementale…), est largement théorisée dans le champ de l’économie, plus particulièrement dans le champ des théories institutionnelles de la firme. Elle reste un angle mort de la recherche dans le champ de la gouvernance et du management des organisations en sciences de gestion. L’inquiétude, l’anxiété, les peurs… apparaissent comme des anomalies au sein du fonctionnement et du management des organisations. Ce colloque propose de requestionner les hypothèses fondamentales relatives au comportement des acteurs au croisement des sciences de gestion et de la psychanalyse. L’incertitude est en effet consubstantielle du développement et du fonctionnement des organisations.

Les décisions stratégiques soignent la prévention du risque économique et financier. Il ne viendrait à l’esprit d’aucun dirigeant de déconstruire les stabilisateurs de la sécurité économique et financière de l’entreprise. Pourtant, c’est bien une constante de la décision dans le champ social, qu’il faut sans cesse accommoder à la décision économique et financière. C’est un thème récurrent concernant l’adaptation des conditions et de l’organisation du travail. L’agilité et la flexibilité, visant à optimiser les marges de manœuvre économiques et financières, ne pourraient progresser qu’au prix de l’agilité des comportements humains et de la flexibilité sociale, du moins à l’aune de visions qui les opposent. L’agilité devrait être celle des acteurs internes de l’organisation, mais il n’est jamais dit qu’elle est aussi celles de ses clients et de ses fournisseurs. Il y a une espèce d’ambiguïté à vouloir centrer l’impératif d’incertitude sur le social notamment tandis que celle-ci est d’abord contingente des stabilisateurs économiques constamment déconstruits par les logiques de concurrence, creuset de différentes formes de violences économiques et sociales.

Sur le plan sociétal, les décisions politiques accompagnent assez facilement l’orientation des points de vue économiques et financiers, mais peinent à accompagner la transformation sociale. Prise dans la tenaille des opportunités de développement économique et des politiques d’austérité, la transformation sociale résiste. Cette résistance est souvent connotée idéologiquement, mais personne n’a intérêt à en démystifier les ressorts au non des fonds de commerce à défendre. Le repositionnement des visions dans des paradigmes alternatifs intégrant l’économique et le social peinent également à s’imposer. Les effets de l’incertitude se déploient au plan sociétal, tandis qu’ils sont déjà largement un creuset de résistances, de souffrance et de dysfonctionnements dans le monde de l’entreprise… et finalement une cause du blocage du développement économique.

La littérature économique sur le sujet de l’incertitude a largement exploré les aspects psychologiques, relativement à l’incertitude comportementale notamment, mais à l‘aune des objets de la recherche en économie, la performance, la compétitivité, le développement économique, la concurrence… La recherche en économie a son propre concept à cet égard pour catégoriser les connaissances, les faits stylisés, devenus au fil des années fonds de commerce des doctrines et des idéologies économiques fondant les infrastructures de la connaissance et des stratégies d’entreprises.

La recherche en psychanalyse fournit des connaissances génériques permettant d’éclairer de manière contradictoire l’analyse des transformations économiques et sociales, ainsi que la projection des politiques. Les politiques s’intègrent dans les différents niveaux d’échelle, infra, micro, méso, macro, ce qui rend complexe leur déconstruction et plus encore les constructions nouvelles. Là est sans doute la vraie difficulté. Les connaissances fournies par la recherche en psychanalyse portent largement sur la reproduction et la transformation des invariants du comportement humain. D’autres champs scientifiques y contribuent également, l’anthropologie analytique, la sociologie critique, la psychologie sociale, la psychologie analytique, la psychologie génétique…

La recherche en économie et en gestion inscrit l’exploration des aspects relatifs à la vertu, à l’éthique, voire à la morale… dans des champs scientifiques spécifiques, l’éthique des affaires, la responsabilité sociale, la philosophie, l’histoire… La modernité est à l’entreprise libérée, tandis que sa gouvernance et son management contrôlent étroitement l’emprise de la liberté des sujets, et leur discipline, dans ses dogmes et idéologies. Le champ de l’activité commerciale, avec ses périphériques (vente, achat, marketing, communication, relations publiques…) reste un angle mort de la recherche scientifique à ce propos. Cette même modernité déifie le contrat qui serait désormais le mécanisme le plus vertueux mettant le sujet à l’abri de tous les vices. Pourtant la violence, la perversion les mécanismes de défenses archaïques sont les infrastructures de la construction des conventions et des contrats au nom d’une coopération que les acteurs ne cessent de déconstruire. L’investissement est source de coûts cachés phénoménaux. Le développement généralisé des Technologies de l’Information et de la Communication, du management par les procédures… offriraient une nouvelle reformulation des termes d’un avenir radieux…

Cet exposé ne saurait délimiter les axes et les thèmes permettant l’ouverture d’un travail de recherche critique, avec ses débats, ses controverses… Les intentions de communication seront appréciées à l’aune de leur contribution critique. Nous suggérons quelques propositions. 

 


 

Contactez-nous

logo.png
06-07-34-26-92

Réalisation eGuildeTechnologie XWikiDéveloppement SOFTEC